AAVE

Le PARC DES SPORTS de Chambly est une ZONE DE NON-DROIT.

Le PARC DES SPORTS est une ZONE DE NON-DROIT

Un arrêt du Conseil d’État y est sans effet. Les travaux continuent.

Le Maire de Chambly, est déterminé à poursuivre sa fuite en avant dans des travaux illégaux, toujours plus grands et plus chers.

Aujourd’hui 20 millions d’Euros HT sont engagés. Mais le Maire devra pourtant un jour rendre compte du saccage de l’environnement et de ses investissements inconsidérés.

La destruction des zones humides de Chambly doit être arrêtée et les dégâts réparés ou compensés au réel : en biodiversité faune et flore, en retenue d’eau de surface, en rechargement phréatique;en captation carbone.

Les auteurs du désastre doivent être sanctionnés.

Au stade de Chambly, les travaux continuent malgré l’interdiction Préfectorale !

Au stade de Chambly, les travaux continuent malgré l’interdiction Préfectorale !

Mais la commune de Chambly fait la sourde oreille !

Quelle action va prendre la préfecture ?
Amende ?
Intervention des forces de l’ordre ?
Négociation ?
Ne rien faire ?

L’ AAVE surveille la situation de prêt mais on est un peu hors jeu là. C’est entre la préfecture et la mairie que cela va se passer…

NON, nous ne livrons pas une guérilla contre le football ni à un simple stade de Foot porté par une municipalité mais…

Réponse à l’article de l’écho du Thelle du 28 octobre 2020.

NON, nous ne livrons pas une guérilla contre le football ni à un simple stade de Foot porté par une municipalité mais nous alertons, maintenons la vigilance et agissons par tous les moyens légaux pour défendre l’environnement et la dernière zone humide de notre territoire.

Nous revendiquons par le Droit et la Justice la défense de l’environnement.

Notre combat, sur notre territoire, est celui de la biodiversité comme il est celui de nombreux autres humains. Avec le réchauffement climatique et la pandémie que nous subissons, nous sommes désormais légions.

Une simple affaire de stade ?

Audience en Référé suspension des travaux, le Mercredi 4 novembre à 14h30 Tribunal Administratif d’Amiens.

La destruction d’une zone humide constitue une grave infraction environnementale au regard du code de l’environnement et du code pénal. Audience en Référé suspension des travaux, le Mercredi 4 novembre à 14h30 au Tribunal Administratif d’Amiens pour obtenir l’exécution de l’arrêt du Conseil d’État et pour la suite l’exigence de compensations environnementales ou bien la restauration du site dans sont état initial.

Résumé et actualités : Le Conseil d’État vient de donner raison à notre association de protection de l’environnement.

L’affaire est longue, les procédures juridiques complexes. Nous obtenons aujourd’hui le premier résultat significatif après une bataille de deux ans et demi. Nous avons en effet déposé plusieurs requêtes et référés, deux pourvois en Conseil d’État et une Plainte pénale contre x avec Partie civile, citant : le Maire, le Préfet, le Procureur de Senlis et le Procureur Général d’Amiens.

A Chambly ce n’est pas la joie – Le Parisien – 24 octobre 2020

Un arrêté du Conseil d’État a suspendu l’arrêté environnemental autorisant les travaux du futur stade en zone humide. Le club de veut pas officiellement s’exprimer sur le sujet… Mais  » tout nous tombe dessus en même temps on prends des coups de tous les côtés… Les droits télé, le stade, le Covid-19 une situation sportive pas géniale…

Pour la Ville de Chambly, la décision du Conseil d’État ne remet pas en cause le projet de la Plaine des sports

Le nouveau stade du FC Chambly prend forme. Voici la grande tribune (photo FCCO). Le Conseil d’État a suspendu l’exécution de l’arrêté environnemental du préfet qui autorisait les travaux des équipements sportifs. La Ville de Chambly évoque une décision exclusivement procédurielle. Depuis plusieurs années, un conflit oppose la Ville de Chambly à l’Association pour l’aménagement …

En savoir plus…Pour la Ville de Chambly, la décision du Conseil d’État ne remet pas en cause le projet de la Plaine des sports